Publié le Laisser un commentaire

Miriam et Colomba Greco exposent chez InkGallery

miriam et colomba greco exposent chez InkGallery

Miriam et Colomba Greco sont deux soeurs animées par la même passion, la peinture. Elles exposent leurs oeuvres chez InkGallery durant tout le mois d’août. Leur exposition porte le titre “j’enlace le vent” et voici leurs messages:

Miriam Greco

« Pour introduire le thème des mes tableaux, je commencerais par dire que le plus beau moment, le plus incontournable et authentique était la première fois que j’ai serré dans mes bras mon bébé d’amour. Je n’ai jamais plus ressenti une sensation si vraie et sans aucune retenue. Mais lors ce que je me me mets en relation  avec la nature, ma mère La Terre, je ressens une sensation proche de celle là, quoi qu’un peu moins intense. Quand j’enlace un arbre, quand la mer caresse mes pieds, et quand une tempête frappe…

Le village où je vis me permet d’arrêter les trop nombreuses réflexions, je suis envahie par un sentiment de paix, calme et de bonheur. Voilà ce que je souhaite refléter sur mes toiles. Chaque tableaux parle de soi même… »

Colomba Greco

« Ce que je envisage de communiquer par cette exposition, c’ est…que la Beauté Universelle, peut être parfois cachée dans des gestes simples, des gestes de tous les jours, comme il apparait dans ‘’IL CESTO DI POMODORI’’; La liberté de se laisser porter par les vagues de la mer, comme il apparait dans ’’NORD-SUD-EST-OUEST’’; retrouver le calme et perdre le sens du devoir et du temps, en regardant un coucher du soleil dans ’’SENTINELLA AL TRAMONTO’’; la peur de laisser en arrière le passé, en regardant la feuille jaune de ‘’MEDA AL PARCO’’. Le courage de recommencer comme un couple plus jeune, ‘’UN NUOVO GIORNO’’.

Je cherche aussi à exprimer la gratitude dans ’’MANI AL CIELO’’, en notant que la vie est belle lors ce qu’on a notre ciel, nos montagnes figées à jamais, cela nous permet de définir des rivages apparemment distants de kilomètres… »

Biographies: 

Mon nom est Colomba Greco. J’ai 25 ans et je suis née dans le Sud de l’Italie, en Calabre, ou le soleil brille, ou les maisons ne sont jamais entièrement construites, ou toutes les rues sentent la superstition, le visage des gens marqués par la trace du soleil, leur rire facile, les salutations bruyantes…et où la mer et le ciel sont toujours bleu.

Depuis petite, j’essaie d’en enregistrer les couleurs, les cris, la haine, le bruit et la solitude la plus absolue. À l’école, je n’étais concentrée que dans mon imagination, je dessinais, et observais les images illustrée partout.

C’est pour cette raison que j’ai décidé de poursuivre mes études dans l’ Art. J’ai terminé la maturité (branche artistique) et ensuite je suis partie en Florence, une petite perle renfermée dans son allure poétique et artistique de la Renaissance italienne.

C’est dans cette charmante Ville, que j’ai commencé à fréquenter L’Académie des Beaux-Arts.

Après un an, j’ai du quitter Florence, suite à un concours de circonstance. Mon frère habitait en Allemagne, j’ai donc pensé le rejoindre. Je croyais pouvoir continuer la bas, des études toujours liées à L’ Art.

En Allemagne, il n’a pas été trop difficile de m’intégrer à la société grâce à mon caractère sociable, en revanche, la froideur de ce pays , dans tous les sens du terme, a congelé toute mon Âme, mon cœur, mes mains… Mon corps a commencé à se rebeller contre une nature à laquelle je n’étais pas habituée.

Après plusieurs échecs dans la volonté de poursuivre des études la bas, aggravés par des problèmes de santé, j’ai pris la décision de repartir en Calabre. Les vagues salées et chaleureuses de la Mer Méditerranée ont soigné mon corps, et réchauffé mon Esprit.

 

Mon nom est Miriam Greco, j’ai 24 ans et je suis née en Calabre, de même que Colomba, ma soeur.

La cinquième sur 11 enfants, nous avons tous ou quasiment, un talent artistique et créatif. En famille on respirait donc une atmosphère de créativité, et c’est pour cela aussi qu’à l’école secondaire j’ai choisi de m’inscrire dans une branche artistique. Une fois l’école terminée, je n’ai pas pu m’empêcher d’aller rejoindre ma soeur à Florence, ville de l’Art.

J’ai commencé a travailler, et en même temps a chercher continuellement a cultiver ma passion pour la peinture. Je m’intéresse particulièrement à la peinture à l’huile, malgré n’en avoir jamais fait à l’ école. À l’âge de 21 ans,  j’ai eu une merveilleuse fille, Gea, qui a rempli ma vie de significations.

Maintenant, je vis dans un petit village près de Florence avec ma fille, et je travaille sans oublier ma passion pour la peinture, c’ est pour cela que je suis fière et heureuse de pouvoir présenter pour la première fois une exposition de peinture et surtout à l’étranger, dans la belle Ville de Genève. Merci à ma soeur Dora, de me l’avoir permis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.